Fleuve Rance

La traversée du paysage (2)

La Rance ruisselle, les mots sédimentent, rouillent,

les sons résistent comme le lichen industrieux.

De anse en port, il y a souvent ce rien qui m’intrigue tant. Il ne se passe rien, pas grand-chose dans le paysage. Même en entrant dedans, il se passe ce que nous voulons bien qu’il se passe, ce qui se transfuse en vous.

 

Lorsqu’une cale, un ponton ou un chemin de halage ne m’inspirait pas (son, photographie), je ne m’en suis pas soucié. Je prenais ces instants pour moi tout seul. Je m’en imprégnais. J’entrais dans le paysage physiquement et mentalement avant de brancher ou d’enclencher un appareil de mémoire.

...

Le jour se lève lentement comme une infusion. Les formes apparaissent. Noirs découpés sur fond anthracite, acier, souris, puis par toute la gamme chromatique vers le bleu. L’écriture de cette deuxième traversée sonore et du texte global fonctionnera ainsi. De la nuit au plein ciel. De la source à la baie, de la prise de son à la composition.

 

La rencontre avec le son ou l’image est une récompense, pas dans le sens du devoir accompli mais dans le sens littéralement enfantin d’avoir oser la chose, et de l’avoir faite. Bien ou mal.

 

(carnet de notes)

50 mn - créé le dimanche 18 juin 2017

un essai radiophonique

pour Le Labo, Espace 2, la RTS

production : David Collin

mixage final : Bruno Séribat

écriture, prise de son et réalisation :

Jean-Guy Coulange

écoute

Dans L’eau et les Rêves, Gaston Bachelard évoque le plaisir de « marcher le long des berges, dans le bon sens, dans le sens de l’eau qui coule, de l’eau qui mène la vie ailleurs, au village voisin ». Paroles du philosophe aussi bien que du géographe, de l’ethnologue ou du promeneur.

J’ai partagé ce plaisir en descendant avec mes micros le Fleuve Somme dans un premier essai radiophonique sous-titré La traversée du paysage 1.

Dans Fleuve Rance (La traversée du paysage 2), j’ai pris le parti inverse : porté par la marée, j’ai remonté le fleuve Rance à partir du Sillon de Saint-Malo, et tenté de (re)composer les segments épars glanés au cours de ma traversée, rives, rencontres, récits, histoire et réalité.

JGC

avec les voix de  Bernard Oschmann, Marc Mérel, Erwan Bléas et Jean-Louis Rucet

 

pour leur précieux concours et leur disponibilité, un grand merci à :

Maogan Chaigneau-Normand, Gildas Cheny (Association Cœur Emeraude), François Lang et Jean-François Châtelet (Maison de la Rance), Stéphanie Delugeau (Usine Marémotrice EDF de la Rance), Jean-Philippe Roy (Hôtel Restaurant Le Chateaubriand à St. Malo)

 

liens et références :

LeTaxi de la Mer, Marc Mérel

Le Moulin du Prat

Association Cœur Emeraude :

La Maison de la Rance

Gaëlle Delignon : St-Malo-Paramé – Urbanisme et architecture balnéaire 1840-1940 – Presses Universitaires de Rennes 1999

Magan Chaigneau-Normand : La Rance Industrieuse – Espace et Archéologie d’un fleuve côtier – Presses Universitaires de Rennes 2002

 

merci amical à Marie-Anne et Olivier ainsi qu’à Annie et Jean-Hervé

Barrage de la Rance

écoute de l'extrait sonore

  • w-facebook
  • w-tbird
  • w-youtube